Réussir vos premiers revers

Le fameux revers, la technique supplémentaire qui vient avec le coup droit vous emmène plus profondément dans le monde du tennis. « Quel revers ! »« Joue sur son revers ! » sont les mots qui reviennent tout le temps en cours de jeu. Pourtant, le revers est le coup le plus difficile à apprendre. La nature du joueur, surtout ses bases de frappe, est en effet troublée par cette technique. Le temps d’adaptation est ainsi long. La prise de la raquette est immédiatement un fait bloquant, à une ou deux mains ? Généralement, les instructeurs préconisent une seule main avant de passer au niveau suivant, le revers à deux mains. Seulement, chaque manière de procéder possède ses propres avantages et faiblesses. La sollicitation de cette technique dépendra entièrement du jeu.

L’initiation à cette technique part toujours des mêmes bases que lors de l’apprentissage au coup droit. Ainsi, il sera question de positionnement, de frappe et d’accompagnement. La technique de base revient donc à se placer correctement, à savoir des appuis en ligne rapidement  transformés vers l’arrière de manière à placer le pied fort en avant et de transférer le poids du corps vers celui-ci. Il y aura ensuite un déplacement au niveau de l’épaule, celle-ci sera théoriquement perpendiculaire au filet, pour ensuite déclencher la frappe. Celle-ci est identique au coup droit, c’est-à-dire que la raquette prendra la direction du coup. Avec un accompagnement convenable, l’épaule sera en position opposée, toujours perpendiculaire au filet.

Le revers à une main

Elle est en réalité un revers à une main et demi. Si l’on prend l’exemple d’un droitier, la main gauche maintient toujours la raquette jusqu’au déclenchement du coup. Ce geste primordial, car l’effet élastique est à préserver jusqu’à termes. Gauche et droite s’opposeront ainsi dans l’exécution. L’autre tirera vers l’arrière contrairement à l’autre qui enclenchera la frappe. Dès que la pression contradictoire est lâchée, c’est-à-dire au niveau de la main gauche, le droit n’aura quasiment plus de travail à faire puisque la raquette va se déplacer naturellement. L’accompagnement consiste ainsi en la projection des deux mains vers deux trajectoires divergentes afin de maintenir l’équilibre de l’épaule. Par ailleurs, si le mouvement est correctement réalisé, le buste ne tournera point, et le revers sera parfait et précis.

Le revers à deux mains

IL est ici question de faire une rotation au niveau du buste, contrairement au revers à une seule main. La raquette est en effet maintenue par les deux membres jusqu’à la fin du mouvement. L’accompagnement provoque ainsi cette rotation. Cependant, le résultat obtenu avec cette technique est plus que convaincante. Le fait de tenir la raquette avec les deux mains agit sur deux sens. La première étant le gain de précision puisque la position est parfaite pour ajuster correctement l’arrivée de la balle en plein cœur de la raquette.LA trajectoire est ainsi contrôlée et ferme.La deuxième s’axe sur le bénéfice d’un fort ajout de puissance à la frappe. Les deux mains effectuent justement un mouvement commun, l’autre en traction et l’autre en poussée. À noter qu’il faut toujours terminer le mouvement et que celui soit le plus naturel possible.